L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
AccueilEléments de Contexte Régional
  • Imprimer cet article

Climat

Un climat de type océanique

Avec une ouverture sur la façade atlantique, le Poitou-Charentes bénéficie d’un climat océanique. Les hivers y sont relativement doux et les étés tempérés avec un ciel assez variable. Toutefois, à l’intérieur des terres, ce climat est plus ou moins dégradé (hivers plus rigoureux et étés plus chauds).

  •  L’observation faite sur la période de 1961 à 1990 attribue les températures les plus basses au mois de janvier et les températures les plus chaudes au mois de juillet.
    La moyenne annuelle des températures sur l’ensemble de la région se situe entre 11 et 12° C. En 2001, la température minimale moyenne était de 7°C et la température maximale moyenne de 16,4°C.
    L’amplitude thermique entre le mois le plus froid et le mois le plus chaud est d’autant plus réduite que l’on se rapproche de l’océan.
    Données climatiques
    Données climatiques
  •  La durée d’insolation se situe aux alentours de 1900 heures annuelles.
    La Rochelle et la côte charentaise avec 2 251 heures de soleil par an (en moyenne annuelle sur la période 1961-1990) bénéficient de près de 300 heures d’ensoleillement de plus que l’intérieur du Poitou-Charentes et font quasiment jeu égal avec la région de Perpignan d’avril à septembre. Cette caractéristique climatique fait de la Charente-Maritime, notamment au niveau de La Rochelle, la zone la plus ensoleillée de la côte atlantique.
  •  Quelques 700 à 800 mm de précipitations sont régulièrement répartis sur l’ensemble du territoire. Toutefois, le relief des Hauteurs de Gâtine provoque une nette augmentation de la pluviosité dans ce secteur (de l’ordre de 1000 mm).

    La température moyenne de 1999 se situe parmi les plus chaudes de cette moitié de siècle (12,2°C). Cette même année, les nombreuses pluies (906 mm à Poitiers et 1 071 mm à Niort), représentent une des plus fortes précipitations depuis 1945.

  •  L’atténuation de l’influence océanique à l’intérieur des terres se traduit également sur la force du vent qui sur la côte dépasse les 60 Km/h à 50 reprises dans l’année.
  • Publications | Plan du site | Mentions légales