L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
La situation
Patrimoine naturel
Archives Patrimoine naturel
> Généralités

Généralités

Thème Patrimoine naturel - Édition 2013
  •  Ouvrage de 251 pages
  •  au format A4
  •  disponible en version papier ou téléchargeable en PDF.
  • Nouveau !
    Dernière mise à jour : 01/09/2008

    Notion de patrimoine naturel

    La notion de patrimoine naturel fait référence à l’ensemble des richesses floristiques, faunistiques et paysagères d’un territoire. Ce patrimoine issu de millions d’années d’évolution est aujourd’hui menacé par le développement des activités humaines. La préservation de la diversité des espèces vivantes représente un des grands enjeux environnementaux pour l’avenir. Dans cette perspective, plusieurs conférences et sommets internationaux ont été organisés pour promouvoir dans tous les pays un développement durable et respectueux de l’environnement.

    Notion de milieu

    Un milieu naturel est caractérisé par un ensemble d’éléments qui agissent directement ou indirectement sur tout ou partie des organismes qui l’habitent. Les éléments constituants d’un milieu naturel sont principalement le sol, le relief, le climat et les êtres vivants qui le peuplent. Ainsi, biotopes et biocénoses forment des écosystèmes dont les multiples interactions conditionnent la stabilité ou l’évolution du milieu. Des perturbations naturelles ou anthropiques peuvent rompre cet équilibre et entraîner la régression ou la disparition du milieu.

    Concepts d’espèce

    La discipline qui étudie et décrit la diversité des êtres vivants et leurs relations, et qui traduit les relations de parenté entre les taxons par une classification, s’appelle la systématique.

    Selon les "traditionnels" concepts morphologique et mixiologique, une espèce est définie par l’ensemble des populations qui possèdent des caractéristiques anatomiques et physiologiques homogènes et dont les individus ne se reproduisent qu’entre eux. Actuellement, c’est le concept d’espèce évolutive qui est le plus largement répandu : une espèce est une lignée unique de populations formée d’une suite d’ancêtres et de descendants qui maintient son identité à l’égard des autres lignées (Wiley, 1978).

    Même si la notion d’espèce n’est pas exactement la même pour les animaux et les végétaux, on retiendra qu’une espèce est constituée d’un groupe de populations géographiquement isolées et qui présentent chacune un pool génétique propre. Cette diversité génétique est à l’origine des réponses évolutives et adaptatives des êtres vivants et de la création de nouvelles espèces (spéciation).

    Biodiversité et conservation

    La vie, apparue sur terre il y a 3,8 milliards d’années, présente une grande diversité. Environ 1,8 millions d’espèces sont actuellement inventoriées et une vingtaine d’espèces nouvelles sont décrites chaque année. Les estimations de la biodiversité vont de 3 à 30 millions d’espèces.

    D’après les chercheurs, les espèces ont une durée de vie moyenne de 1 à 10 millions d’années. La création et l’extinction d’espèces sont considérées comme des phénomènes naturels qui assurent le renouvellement et la continuité de la vie. Cependant des actions d’origine anthropique, telles la destruction et la fragmentation des habitats, les prélèvements excessifs et l’introduction d’espèces allochtones ont provoqué une augmentation du taux d’extinction qui ne permet plus le renouvellement des espèces et qui provoque une baisse de la biodiversité. Actuellement, on estime que le taux d’extinction des espèces est 1 000 à 10 000 fois supérieur à ce qu’il serait naturellement ( IUCN, 2003).

    Pour préserver le patrimoine naturel, la mise en place de mesures de conservation des espèces et des espaces qui les abritent s’avère nécessaires.

    Eléments biogéographiques

    La biogéographie est la science de la distribution des espèces vivantes et l’étude des causes et conséquences de cette distribution. Cette notion est étroitement liée aux principes de vicariance et de dispersion des espèces. Concrètement la biogéographie correspond à l’étude spatio-temporelle de la diversité biologique. En effet, l’évolution des espèces et le remplacement d’un taxon par un autre peuvent s’opérer dans le temps et dans l’espace. C’est ce qui explique que des espèces très proches au niveau de leur phylogénie peuvent occuper des aires de répartition différentes (les espèces sont alors dites vicariantes).

    Notion d’artificialisation

    En tant que mammifère, l’Homme fait partie de la biosphère au même titre que les autres espèces. Il est néanmoins plus qu’un prédateur naturel car l’étendue de ses constructions et de sa consommation peut provoquer des modifications et des ruptures dans l’équilibre des écosystèmes. La conséquence des actions humaines sur les milieux naturels, ou anthropisation, se traduit souvent par la création de milieux artificiels après appauvrissement ou destruction des milieux naturels.

    Depuis longtemps, l’Homme a cherché à accroître la production végétale et animale dont il disposait : la mise en place des cultures et élevages se traduit par l’artificialisation de l’écosystème.

    Mais les milieux artificialisés sont souvent instables. Les maintenir en l’état et entretenir leur productivité entraînent une grande consommation d’énergie et le recours aux énergies non renouvelables.

    A l’heure actuelle, la plupart des milieux sont soumis à l’impact des activités humaines et peuvent être qualifiés d’artificiels.

    Conflits d’usages

    Les usagers de la nature sont de plus en plus nombreux : agriculteurs, aquaculteurs, pêcheurs, chasseurs, forestiers, promoteurs, amateurs de sports et loisirs de nature, etc., et les milieux ne sont pas toujours en capacité de répondre la demande. Le manque d’espace et de ressources biologiques (espèces) ou physiques (eau, sol, etc.) peut engendrer des concurrences et des conflits d’usages et d’intérêts parfois exacerbés.

    Au-delà de son enjeu environnemental, la gestion des milieux et des espèces a donc une portée sociale et politique forte et ne peut se faire qu’avec la collaboration et la coordination entre les usagers.

  •  
     Lien avec une autre thématique de l'Environnement en Poitou-Charentes
  • Publications | Plan du site | Mentions légales