L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
AccueilLa situationEauLa gestion qualitativeLes impacts et les conséquences de la pollution de l’eau
La situation
Eau
Pression
La gestion qualitative
> Les impacts et les conséquences de la pollution de l’eau

La fermeture des captages d’eau potable

Thème Eau - Edition 2015
Nouveau !
Dernière mise à jour : 2015

Depuis plusieurs années, les collectivités, responsables
de l’alimentation en eau de leur population, sollicitent de plus
en plus les eaux souterraines des nappes profondes captives.
En revanche, les eaux de surface et les nappes superficielles,
peu protégées naturellement et vulnérables aux pollutions
diffuses ou accidentelles, sont de plus en plus délaissées.

Des teneurs excessives en nitrates, par rapport à
la norme de potabilité, sont souvent relevées dans les
nappes souterraines en Poitou-Charentes, ce qui a conduit
à l’abandon de nombreux captages pour l’eau potable ou
ce qui implique des stations de traitement coûteuses pour
les collectivités.

Ces 30 dernières années, près de 413 captages
d’alimentation en eau potable ont ainsi été abandonnés : 57 en
Charente, 171 en Charente-Maritime, 114 en Deux-Sèvres et 71 en
Vienne. (Bureau de Recherches Géologiques et Minières
de Poitou-Charentes, 2012)

En région, 3 principales causes d’abandon ont été
identifiées :

  •  la dégradation de la qualité des ressources en eau (63% des cas). La tendance à la baisse observée depuis 2000 à l’échelle nationale ne s’affirme pas à l’échelle régionale. Sur ces cas, 40 à 90 % des abandons sont dus aux nitrates et pesticides.
  •  le caractère improtégeable de l’aire d’alimentation du captage (16% des cas). La qualité biologique et/ou chimique est toujours médiocre.
  •  un problème de productivité des captages (13%
    des cas) : baisse de productivité d’un ouvrage
    associée à l’augmentation de la demande à laquelle
    les volumes produits ne peuvent plus répondre.

    Certains abandons sont également liés aux teneurs
    en arsenic, naturellement présents dans certains
    aquifères notamment dans la Vienne et en Charente.

    Une mauvaise qualité microbiologique et des pointes
    de turbidité sont observées en Charente, du fait de la
    forte vulnérabilité des sources exploitées vis-à-vis des
    pollutions de surface, et de la réactivité importante du
    système aquifère jurassique karstifié.

    En Poitou-Charentes, les fermetures sont
    compensées par l’exploitation de nouveaux captages sur
    de nouvelles ressources en eau moins polluées, ou par des
    interconnexions avec des eaux de meilleure qualité.

    D’autres solutions consistent à mettre en oeuvre le
    traitement des nitrates pour potabiliser l’eau, à condition
    que la ressource en eau brute reste en deçà du seuil de
    100 mg/l. Au-delà, cela n’est plus autorisé.

    À VOIR SUR LE SITE DE L’EAU EN POITOU-CHARENTES …
    RPDE, Réseau Partenarial des Données sur l’Eau : www.eau-poitou-charentes.org, rubriques :
    la gestion de l’eau > Prix de l’eau
    la gestion de l’eau > Assainissement
    connaître l’eau et ses usages en région > Eau potable

     Pour aller plus loin
  • Publications | Plan du site | Mentions légales