L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
AccueilLes enjeuxAir

Glossaire

| 1 | 2 | 3 | 4 |

Ammoniac (NH3)

L’ammoniac est un gaz incolore à odeur caractéristique forte. C’est un irritant des yeux et des voies respiratoires. Il est toxique à forte concentration et très soluble dans l’eau. Les concentrations atteintes dans l’air dépassent rarement le seuil de détection olfactive et elles ne représentent qu’un risque d’impact sur les milieux.


Azote

Numéro atomique 7. L’azote est un constituant de l’atmosphère (75% de l’air que nous respirons est composé d’azote) et de la croûte terrestre. L’azote sous sa forme ammoniacale est un nutriment pour les végétaux. L’azote peut se trouver sous différentes formes (nitrate NO3-, nitrite NO2-, ammoniac NH4+).


µg/m3

Microgramme par mètre cube (0,000001 gramme par mètre cube).


Benzène Toluène Xylène

Hydrocarbures aromatiques, toxiques, utilisés comme solvants, pour des synthèses organiques. Polluant caractéristique lié aux transports.


Bromure de méthyle

C’est un pesticide (fongicide) essentiellement utilisé dans la production fruitière. C’est un gaz incolore et inodore, très toxique par inhalation, agissant sur le système nerveux. Une fois pulvérisé sur les cultures, il rejoint la haute atmosphère où il endommage la couche d’ozone. Sa durée de vie est plus courte que celle des CFC, mais il détruit les molécules d’ozone 50 fois plus vite que les CFC. La France est le seul producteur de CH3Br de l’Union Européenne.


Chlorofluorocarbones ( CFC )

Ce sont des gaz utilisés dans les aérosols et les fluides frigorifiques


Composés organiques volatils non méthaniques (COVNM)

Les composés organiques volatils non méthaniques ont des origines diverses, l’agriculture produit des COVNM par le biais de l’activité vinicole (éthanol) en Poitou-Charentes.


COPERT

COmputer Program to calculate Emissions from Road Transport.


CORINAIR

Coordination de l’information sur l’environnement dans le domaine de l’air (inventaire CITEPA à l’échelle Européenne).


Couche d'ozone

Zone de la stratosphère, relativement riche en ozone, qui absorbe les rayonnements ultraviolets du Soleil. L’ozone se forme, à partir de l’oxygène, entre 15 et 60 km d’altitude, avec une concentration maximum située entre 20 et 30 km. Bien qu’à de faibles concentrations (de l’ordre de la partie par millions), l’ozone stratosphérique joue un rôle très important. L’absorption des rayonnements ultraviolets cancérigènes a des conséquences biologiques évidentes sur Terre et contribue par ailleurs à l’effet de serre.


Dioxines et furannes

Les dioxines et les furannes (210 composés sont dénombrés) possèdent une forte tendance à l’accumulation dans les tissus biologiques. Les unités d’incinérations d’ordures ménagères sont une des sources de dioxines-furanne.


Dioxyde d'azote

Appartient à la famille des oxydes d’azote. Gaz brun rougeâtre dont l’odeur âcre est déplaisante. Puissant agent oxydant, il donne, par réaction avec l’air, de l’acide nitrique (substance corrosive), et des nitrates organiques (effets toxiques). Il participe aussi aux réactions atmosphériques qui produisent l’ozone au sol.


Dioxyde de carbone

Gaz incolore produit par la combustion du carbone. Son émission dans l’atmosphère contribue à l’accroissement de l’effet de serre. L’augmentation de sa concentration atmosphérique, passée de 280 ppmv (parties par million en volume) à la fin du XIXème siècle à 355 ppmv de nos jours, est attribuée aux émissions anthropiques (industrie, transport).


Dioxyde de soufre ( SO2 )

Le SO2 est un marqueur traditionnel de la pollution d’origine industrielle, il provient de la combustion des fiouls, des charbons et du gazole contenant des impuretés soufrées. En brûlant, ces combustibles libèrent du soufre qui se combine avec de l’oxygène de l’air pour former du SO2.


Effet de serre

À l’origine, l’effet de serre est un phénomène naturel. Environ la moitié de l’énergie émise par le soleil est absorbée par la Terre, le reste est émis sous la forme de rayonnements infrarouges. Or les gaz à effet de serre (GES) empêchent une grande partie de cette chaleur de s’échapper dans l’espace. Sans les GES, la température moyenne du globe terrestre serait de 35°C plus basse. Pour comparaison, sur la planète Mars, où les GES sont absents, la température au sol est de -38°C. A l’opposé, sur la planète Vénus, où les GES sont très abondants, elle dépasse les 300°C.


| 1 | 2 | 3 | 4 |
Publications | Plan du site | Mentions légales